La BUGATTI Type 35

IMG_2203

Pour ce dossier exceptionnel, nous avons pu approcher de très près la BUGATTI type 35. Il est encore plus rare de pouvoir l’admirer sous toutes les coutures.

 

Le tableau de bord

technobugatti02

  1. Le compte-tours
  2. La magnéto, elle donne la puissance électrique et distribue sur le bon cylindre l’allumage aux bougies
  3. La montre
  4. La jauge à essence
  5. La pression d’huile

technobugatti04

  1. La température d’eau moteur
  2. La pompe à air manuelle : elle permet de faire monter la pression dans le réservoir d’essence en tôle. Le réservoir est placé à l’arrière du véhicule, exactement à la même hauteur que le moteur. Les pompes à essence mécaniques et encore moins électriques n’existaient pas en ce temps là. La seule solution est de mettre en charge le réservoir en faisant appel d’air avec la pompe manuelle. Pour l’anecdote, il faut pomper jusqu’à entendre deux déformations du réservoir.
  3. La pompe manuelle pour compléter le niveau d’huile moteur en roulant. Ce système n’est plus fonctionnel depuis la modernisation du moteur.

Le pédalier

  1. La pédale d’accélérateur.
  2. La pédale de frein : l’axe inférieur est relié à une chaîne dont l’extrémité est fixée à la caisse. Cette chaîne tire sur une platine où sont reliés les quatre câbles de frein reliés aux roues.
  3. La pédale d’embrayage

Sous le capot :

technobugatti07

  1. Tube de passage des fils de bougies, de la magéto vers le moteur
  2. Commande d’accélérateur
  3. Boîtier de direction
  4. Le décanteur d’huile, (là aussi un peu de modernité)

technobugatti05

  1. Le support dit « à lunette » pour éviter à la magnéto de supporter l’axe d’entrainement
  2. Le graissage de la chaîne de distribution
  3. Le remplissage d’huile avec la jauge

 technobugatti06

  1. La pompe à eau , elle est entraînée latéralement

 technobugatti01

  1. L’arbre d’entraînement de la magnéto et du compte-tours mécanique. De part et d’autre de la flèche bleue les deux flectors en caoutchouc pour absorber les vibrations et inclinaisons du moteur.
  2. La magnéto.
  3. La courroie d’entraînement du compte-tours mécanique.
  4. La poulie du compte-tours.
  5. Le galet tendeur mécanique à ressort de la courroie.

IMG_2192

 L’extérieur

technobugatti0013

  1. Le levier de commande des vitesses.
  2. Le levier de commande manuelle des freins arrières (comme dans un véhicule de rallye actuel)
  3. Barre de fixation et de guidage de l’essieu arrière.
  4. Câble de frein principal arrière.

technobugatti001

La commande de frein avant et la commande de direction

 

 

Les éléments de carrosserie, les boulons de roues sont bloqués par des fils. Les fixations sont percées : Un fil de fer est passé dans le trou, pour relier les boulons entre eux, afin d’éviter qu’ils ne se desserrent.

 

Laisser un commentaire

La BUGATTI Type 35

IMG_2203

Pour ce dossier exceptionnel, nous avons pu approcher de très près la BUGATTI type 35. Il est encore plus rare de pouvoir l’admirer sous toutes les coutures.

 

Le tableau de bord

technobugatti02

  1. Le compte-tours
  2. La magnéto, elle donne la puissance électrique et distribue sur le bon cylindre l’allumage aux bougies
  3. La montre
  4. La jauge à essence
  5. La pression d’huile

technobugatti04

  1. La température d’eau moteur
  2. La pompe à air manuelle : elle permet de faire monter la pression dans le réservoir d’essence en tôle. Le réservoir est placé à l’arrière du véhicule, exactement à la même hauteur que le moteur. Les pompes à essence mécaniques et encore moins électriques n’existaient pas en ce temps là. La seule solution est de mettre en charge le réservoir en faisant appel d’air avec la pompe manuelle. Pour l’anecdote, il faut pomper jusqu’à entendre deux déformations du réservoir.
  3. La pompe manuelle pour compléter le niveau d’huile moteur en roulant. Ce système n’est plus fonctionnel depuis la modernisation du moteur.

Le pédalier

  1. La pédale d’accélérateur.
  2. La pédale de frein : l’axe inférieur est relié à une chaîne dont l’extrémité est fixée à la caisse. Cette chaîne tire sur une platine où sont reliés les quatre câbles de frein reliés aux roues.
  3. La pédale d’embrayage

Sous le capot :

technobugatti07

  1. Tube de passage des fils de bougies, de la magéto vers le moteur
  2. Commande d’accélérateur
  3. Boîtier de direction
  4. Le décanteur d’huile, (là aussi un peu de modernité)

technobugatti05

  1. Le support dit « à lunette » pour éviter à la magnéto de supporter l’axe d’entrainement
  2. Le graissage de la chaîne de distribution
  3. Le remplissage d’huile avec la jauge

 technobugatti06

  1. La pompe à eau , elle est entraînée latéralement

 technobugatti01

  1. L’arbre d’entraînement de la magnéto et du compte-tours mécanique. De part et d’autre de la flèche bleue les deux flectors en caoutchouc pour absorber les vibrations et inclinaisons du moteur.
  2. La magnéto.
  3. La courroie d’entraînement du compte-tours mécanique.
  4. La poulie du compte-tours.
  5. Le galet tendeur mécanique à ressort de la courroie.

IMG_2192

 L’extérieur

technobugatti0013

  1. Le levier de commande des vitesses.
  2. Le levier de commande manuelle des freins arrières (comme dans un véhicule de rallye actuel)
  3. Barre de fixation et de guidage de l’essieu arrière.
  4. Câble de frein principal arrière.

technobugatti001

La commande de frein avant et la commande de direction

 

 

Les éléments de carrosserie, les boulons de roues sont bloqués par des fils. Les fixations sont percées : Un fil de fer est passé dans le trou, pour relier les boulons entre eux, afin d’éviter qu’ils ne se desserrent.

 

Scroll to top